SCH — Interlude

Слушать SCH — Interlude

Текст SCH — Interlude

oh
ge-geo on the track

[couplet unique]
regarde-moi dans les yeux, tu dirais qu’j’suis un menteur si j’te disais tout
rêver du million, c’est pas si ambitieux, y aurait sûrement 100k en plus si on recomptait tout
en vrai, mec, que des gens sérieux au milieu du milieu, moi et mes reufs pas destinés à crever vieux et pieux
la cr est chargée, deux-trois potos vont pas p-sser l’été
état d’ébriété, je m’adresse aux cieux comme si dieu m’entendait
sa mère le rap, sa mère la comédie, sa mère la promotion, j’suis dans des vraies discussions, han

veste en cuir, gants en cuir, tu vois j’veux dire
réunion criminelle dans une pièce où ça pue la javel
tu sens la brise, enfant d’la crise, trop réel pour la télévision
j’étais au four pendant les révisions
même la tolérance a ses limites, on pose 10k et c’est un p’t-t 2000 qui t’élimine
parano, j’p-sse la caisse au pont, j’ai fait du chemin depuis l’thon catalane
là, ma voiture, c’est le prix d’ta baraque
ça m’croise en ville, ça m’dit : “tia un don, le s, woulah, tié un bon”, hein
vvs espèce d’enculé de tous tes swarovski, on vend la neige, nous, on va pas au ski
quatre roues motrices, rentre dans ma matrice, 138 euros l’plein
on sort tout droit d’là où ça sent la p-sse même si c’est repeint, ouais
600 000 albums plus tard, putain, qu’elle est loin la maternelle
on tombe pour train de vie sans preuve matérielle

j’irai braquer si la p’t-te a des rêves que j’peux pas exaucer
j’peux déléguer mais j’vais venir moi-même les désosser
le vent, la pluie, les pleurs du mal
six heures du mat’, putain que c’est tôt, pour mille-deux, putain qu’c’est trop
j’avais une haine grande comme le monde, grande comme omar
ça me porte le 3ein, glock dans mon froc, chapelet dans l’jeans
je voulais me faire la prof de maths à l’âge de division
le rêve d’un jeune ici c’est ranger 10 millions
26 piges et j’cause comme si j’en avais 40, puto, j’suis pas les fiottes auxquelles tu m’apparentes
nous c’est dehors qu’on chante avec les tripes, on vend les stup’ pendant que les darons triment
pour nous offrir une vie un peu moins triste, on les rend fiers ou bien trop malheureux
ou trop vieux avant d’avoir -ssez d’euros, hein
et je sais qui c’est, ici, ceux qui se la racontent, on sait qui c’est

ça sert à r de pousser la fonte
ici putain qu’on sait viser
on a tissé des liens si forts, que la mort pourrait pas délier
je crois plus en l’homme, il est si faux, j’croise que des tes-traî déguisés
tu rentres à tes risques et périls, tu tombes sur des mecs qui tapent fort
tu repars tê-té dévissée
ils seront jamais là à temps pour porter secours à ta détresse
il est loin l’hôtel de police si un flingue sort d’un survêtement
d’un mec sous sh-t et sous tise

il reste quelques photos décolorées des jeunes qui sont morts avant leur vingtaine
qu’auraient voulu se refaire comme bolloré, contrats à honorer, le monde est pas si coloré
des mecs ont disparus si fort qu’on sait pas s’ils sont morts ou juste évaporés
bain d’acide, dans la tess, munition, armes, dans un box
déménage, si on connait ton adresse
one shot on joue pas à tetris, y a des grands chez moi en psychiatrie que la drogue ou une pute a rendu fou
t’y vois flou, hein ?

 

Adblock
detector